Les membres du bureau de direction de l’association

Anaëlle Camarda – Présidente du CoReCRÉ

Après avoir obtenu mon diplôme de psychologue (spécialisée en psychologie cognitive et neuropsychologie) de
l’Université Paris-Descartes, je me s’est spécialisée dans l’étude du développement cognitif de l’enfant et de
l’adolescent en réalisant ma thèse de doctorat au Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Éducation de
l’enfant (LaPsyDÉ). Ensuite, j’ai réalisé mes post-doctorats au Centre de Gestion Scientifique de l’école des Mines de Paris (TMCI) et à l’Université Catholique de Louvain lors desquels j’ai poursuivi mes études à propos de développement des mécanismes cognitifs liés à la créativité et des actions qui peuvent être mises en place pour stimuler cette compétence en entreprise, à l’école, et au sein des politiques publiques.

Aujourd’hui, je suis chargée de recherche de l’Institut Supérieur Maria Montessori, affiliée au laboratoire LaPea de l’Université Paris-cité, et chercheuse associée à l’institut de psychologie de l’Université Catholique de Louvain (Belgique). Je travaille donc dans une perspective allant de la recherche en laboratoire (comportementale et en neuro-imagerie) jusqu’à la mise en place de recherche-action sur le terrain (notamment en école). 

 

Barbara Ozkalp-Poincloux – Vice-présidente du CoReCRÉ

Diplômée d’un Master de Biologie Intégrative et Physiologie, parcours Neurosciences Cognitives et Comportementales, à Sorbonne Université, je me suis spécialisée sur la créativité en réalisant un stage avec Mathieu Cassotti (LaPsyDE) et Anaëlle Camarda (Mines ParisTech). Désormais ingénieure d’études au LaPsyDE, je continue mes recherches sur la créativité. 

Après plusieurs expériences de médiation scientifique auprès d’enfants et adolescents, j’aimerais continuer à participer à la diffusions des connaissances en neurosciences. Je suis particulièrement sensible à la question des inégalités sociales et des discriminations. 

Mathieu Cassotti – Trésorier du CoReCRÉ

Après avoir obtenu un Master de psychologie cognitive à l’Université Paris Descartes en 2006, j’ai réalisé une thèse au LaPsyDÉ sous la direction de Sylvain Moutier en 2010 et un post-doctorat au Centre de Gestion Scientifique (Mines ParisTech) sous la direction d’Armand Hatchuel. Je suis aujourd’hui professeur de psychologie du développement à l’institut de psychologie de l’Université Paris Descartes, co-directeur de cet institut, directeur des études du DEV-Master et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Mes travaux s’intéressent aux rôles des fonctions exécutives, des émotions, et du contexte social dans la prise de décision et dans la génération d’idées créatives. J’étudie comment se développent ces différents aspects de la cognition, à la fois grâce aux méthodes de la psychologie expérimentale et celles des neurosciences (EEG, IRM), afin de proposer des recherches-interventions en école.

Laure-Anne Parpaleix – Trésorière adjointe du CoReCRÉ

Ingénieure de formation, des expériences en logistique humanitaire m’ont fait prendre conscience de l’ampleur des contraintes imposées par les modalités de financement des ONG. C’est pourquoi je me suis intéressée au monde financier, d’abord lors d’un doctorat en gestion sur les liens entre investissement, innovation et croissance des entreprises (sous la direction de B.Segrestin et K.Levillain au Centre de Gestion Scientifique de MINES ParisTech), puis lors d’un post-doctorat sur l’investissement responsable. Ces recherches m’ont menées à intégrer le Programme de Développement des Nations-Unies, où je contribue à une initiative visant à orienter les capitaux privés et publics vers le financement des objectifs du développement durable. Par ailleurs convaincue des efforts restants à fournir pour atteindre la mixité dans la sphère économique, je coordonne, au nom de l’association Grandes Ecoles au Féminin, des startups weekends dédiés à susciter des vocations et à offrir un tremplin pour des femmes entrepreneures.

Virginie Kehringer – Secrétaire du CoReCRÉ

Professeur certifié de Lettres Classiques enseignant dans le secondaire depuis 18 ans, mon métier reste encore aujourd’hui une vraie motivation et c’est justement au contact d’élèves parfois en difficultés face aux attentes et au fonctionnement du système scolaire que je me suis progressivement intéressée aux neurosciences et à la psychologie du développement.

Reprenant le chemin de l’école, j’ai eu la possibilité de suivre la formation du Master Psychologie du développement cognitif et social de l’enfant et de l’adolescent, à l’Université de Paris, et de découvrir la recherche autour du développement de la créativité au sein de mon stage de fin d’étude. Plus spécifiquement mon projet vise à réfléchir sur la façon dont cette compétence si importante pourrait prendre une place plus importante dans le cursus de formation scolaire au collège/lycée en faisant un état des lieux des idées que les enseignants et les élèves se font de la créativité.

 Informez-vous en vous inscrivant à la newsletter du Journal Scientifique !