La bibliothèque digitale du CoReCRÉ

Interviews vidéos des enfants

Que pensent-ils de … ?

Interviews écrites des experts

Que disent les études à propos de … ?

Les vidéos explicatives des enfants pour les enfants

Les conceptions naïves des enfants et des adolescents

Quels sont les impacts d’un bon / mauvais sommeil d’après les enfants ?

Cette vidéo a été présentée lors du Conciliabule

“Sommeil & rythmes scolaires”

Octobre 2021

Quels sont les impacts des écrans ?

Cette vidéo a été présentée lors du Conciliabule

“Écrans et jeux vidéos – quels impacts ?”

Juin 2021

Qu’est-ce que l’adolescence ? 

Cette vidéo a été présentée lors du Co’ciliabule

“Ados et Émotions”

Mai 2021

Qu’est-ce que la créativité d’après les enfants et les adolescents ?

Cette vidéo a été présentée lors du Co’ciliabule

“L’école de la Créativité”

Avril 2021

Que pensent les enfants et les adolescents des différences (ou similitudes !) entre les filles et les garçons ?

Cette vidéo a été présentée lors du Co’ciliabule

“Filles & garçons à l’école”

Mars 2021

Interviews de spécialistes

 

 

Interview écrite de Arnaud RABAT (chercheur)

– Conséquences des règles sociétales sur le sommeils à l’adolescence

“… le sommeil fait partie des grandes fonctions physiologiques préservées par l’organisme au même titre que la faim et la soif ; on ne peut pas lutter contre” …

…”la majorité de la population (environ 80%) sont des moyens dormeurs dont les besoins se situent entre 6h30 et 8h30 de sommeil ; les 20% restant sont alors des petits dormeurs (moins de 6h30) ou des grands dormeurs (plus de 8h30)”…

“Les adolescents se trouvent un peu comme en décalage horaire permanent et doivent constamment se resynchroniser avec les rythmes sociétaux (notamment scolaire)” …

“Comme une dette financière ou d’oxygène, c’est une situation qui existe à partir du moment où la quantité de sommeil que vous vous octroyez est inférieure à celle que nécessitent vos besoins physiologiques”

Les ados et les émotions … Pourquoi c’est si particulier ?

 

 

Interview écrite de Mathieu CASSOTTI (chercheur)

– “Think outside the box” & importance de la créativité à l’école

“Quoi qu’il arrive et quelle que soit votre culture, un changement va s’opérer, un décalage de maturation entre les réseaux cérébraux impliqués dans les émotions et les réseaux cérébraux impliqués dans le contrôle cognitif. Et ce décalage-là va se retrouver quelles que soient les cultures.”

“On a des chiffres qui montrent qu’on augmente de 400% la mortalité entre l’enfance et l’adolescence, et que cette mortalité n’est pas liée à des maladies ou des facteurs purement biologiques ; elle est liée vraiment à la façon dont l’adolescent va interagir avec son environnement.”

” Prendre du cannabis à l’adolescence n’a pas les mêmes effets sur le cerveau qu’à l’âge adulte.”

“Les adolescents vont prendre des risques uniquement lorsqu’ils sont dans un contexte socio-émotionnel suffisamment fort ; sans ce contexte social particulier, ils vont décider de la même manière que les adultes.

 

 

Interview écrite de Geraldine DORARD (chercheuse)

– L’hyper sensibilité des adolescents & empathie  

 

L’hypersensibilité [des adolescents] peut être défavorable certes, mais seulement quand il y a des circonstances environnementales qui sont défavorables et qui peuvent être des facteurs précipitants ou de vulnérabilité. Maintenant, il ne faut pas oublier qu’il y a une grande majorité d’adolescents pour lesquels tout se passe bien !”

“Ce qui m’intéresse dans l’empathie c’est aussi qu’elle est une dimension du fonctionnement psychologique qui est interpersonnelle puisque l’empathie ne se manifeste que dans le lien à l’autre. Or, l’une des caractéristiques développementales que l’on retrouve dans tous les modèles de développement de l’adolescence, c’est bien la modification du lien social qui évolue vers une « restriction » des interactions avec la famille au profit de l’interaction avec les pairs.”

“Le support social de la part des enseignants et des professionnels de l’éducation permet de faciliter la gestion des éléments stressants de l’environnement (conflits des rencontres, pression académique).”

Que disent les études scientifiques à propos du développement de la créativité, et de son importance à l’école ?

 

 

Interview écrite d’Anaëlle CAMARDA (chercheuse)

– “Think outside the box” & importance de la créativité à l’école

“Pour être créatif, il faut dépasser certains blocages, certaines limites auxquelles nous nous confrontons et qui sont certainement issues des apprentissages que nous avons fait tout au long de notre vie.”

“L’idée que les enfants sont plus créatifs que les adultes est fausse. La littérature scientifique démontre bien que les compétences de créativité se développent de la petite enfance jusqu’à l’âge adulte, même si elles sembleraient connaitre un développement qui ne soit pas tout à fait linéaire.”

“[…] l’école devrait s’intéresser à la créativité car ce n’est pas une matière “à part”, ce n’est pas un outsider. Les mécanismes cognitifs sous-jacents du raisonnement génératif sont aussi fortement partagés avec le raisonnement mathématique, scientifique, etc. Stimuler l’un pourrait alors stimuler l’autre, si tant est que nous travaillions ces mécanismes en dehors des cloisonnements disciplinaires, pour qu’ils puissent évoluer de manière globale et que les apprentissages puissent se transférer d’un exercice à un autre.”

Que disent les études scientifiques à propos des différences de développement cognitif entre les filles et les garçons ?

Interview écrite de Thomas BREDA (chercheur CNRS)

– Différences entre les filles & les garçons à l’école

“Les filles sont significativement moins fortes en maths et plus fortes en français ; de plus l’écart en français en faveur des filles est plus important que l’écart en maths en faveur des garçons. […] Mais comprendre leur origine est plus important que de mettre en évidence ces différences.”

 “[…] on constate que dans les pays qui se révèlent plus égalitaires et plus inclusifs (dans lesquels l’égalité des chances est plus forte) induisent moins de différence de réussite en maths entre les filles et les garçons. Ces corrélations sont assez fortes, et suggèrent donc plutôt une explication culturelle que biologique.”

“.Plusieurs moyens existent pour palier ces difficultés. Selon moi, les enseignants ont un rôle primordial dans le travail qui peut être fait sur les stéréotypes, et ont parfois tendance à se piéger (et piéger les enfants) sans le vouloir dans des biais de genre implicites.”